Commission des affaires sociales

Commission des affaires sociales

Programme de travail permanent et à long terme

  • Suivre et influencer l’évolution de la réglementation sociale – notamment dans le domaine des temps de conduite et de repos – y compris les conditions d'emploi et de travail dans le secteur du transport routier de personnes et de marchandises.

    • Examiner les problèmes spécifiques liés à l'application de la réglementation sociale dans le secteur du transport routier international telle que l’accord AETR, en particulier les mesures de contrôle et d’application (tachygraphe, etc.) Recueillir et fournir des informations concernant les règles, exigences, pratiques et interprétations juridiques nationales appliquées aux opérateurs de transport international.

    • Surveiller et examiner les travaux d'organes nationaux et internationaux tels que l'UE, l'ONU, l'OIT et le FIT, préparer des propositions sur les politiques à adopter par l'IRU et ses associations membres en rapport avec ces organes et intervenir auprès d'eux quand c'est nécessaire.

  • Développer, au niveau mondial, un dialogue social proactif et structuré visant à rechercher des terrains d’entente avec les organisations syndicales. Ce processus doit découler d'un débat en bonne et due forme sur une position commune aux Associations membres de l’IRU et l’adoption de celle-ci.

  • En particulier, au niveau de l’UE :

    • suivre l'évolution de la politique en matière sociale, de transport et d'emploi dans l'UE ainsi que les intentions de la Commission européenne en la matière et coordonner l'action politique de l'IRU auprès des institutions de l’UE ;

    • veiller à la sauvegarde des intérêts du transport routier en ce qui concerne les temps de conduite et de repos, en particulier le maintien des niveaux actuels de flexibilité opérationnelle ou leur amélioration dans le cadre d'éventuelles initiatives émanant des institutions européennes et visant à modifier les règles actuelles ;

    • nouer des relations de plus en plus productives avec les syndicats européens par le biais du dialogue social sectoriel européen, après un débat en bonne et due forme sur une position commune aux associations membres de l’IRU et l’adoption de celle-ci ; et

    • dans le domaine de la sécurité routière dans l’UE, participer activement aux initiatives politiques et aux travaux techniques des institutions européennes tout en faisant de l'IRU un acteur visible et responsable.

  • Développer des initiatives visant à influencer positivement l’attractivité de l’emploi dans le secteur du transport routier commercial et maximiser les compétences par le biais de la formation, également en soutenant l'Académie de l'IRU et le déploiement de son programme.

  • Développer une coopération avec des organisations représentant les organes de contrôle du transport routier ainsi qu’avec d’autres partenaires, y compris des groupements patronaux intersectoriels actifs dans les dossiers de politique sociale.