containers

Infos

Le TIR ouvre la porte de la croissance aux pays en développement enclavés

11 jul 2017 Bruxelles

IRU se joint aux Nations Unies pour encourager l’adoption d’outils de facilitation des échanges et du transport tels que le TIR en vue de contribuer à rationaliser les procédures aux frontières et à connecter les pays enclavés, ce qui promet de stimuler considérablement les économies nationales.

Aujourd’hui, à Bruxelles, IRU a renforcé son partenariat sur le transport durable et la facilitation des échanges auprès du Bureau du Haut-Représentant des Nations Unies pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS), lors de réunions avec Mme Fekitamoeloa Katoa ‘Utoikamanu, récemment nommée Haute-Représentante pour les pays les moins avancés et Secrétaire générale adjointe.

Mettant en avant les objectifs en termes de transport durable et de facilitation des échanges, en particulier en Afrique et en Asie du Sud-Est, les réunions ont souligné l’importance du TIR et d’autres instruments afin de débloquer le potentiel de croissance et d’ouvrir ainsi les pays enclavés aux marchés régionaux et mondiaux.

Avec près de 60 % de temps de transit perdu à la frontière, et dans un environnement au sein duquel les frais de transport informels représentent 40 % du coût total, de nombreux pays enclavés ont des perspectives commerciales particulièrement limitées. Le TIR offre les outils qui permettent d’atteindre les objectifs fixés par des initiatives ayant été créées pour résoudre ce problème, notamment le Programme d'action de Vienne et les Objectifs de développement durable des Nations Unies.